Dimanche matin, nous avons réitéré notre bonne habitude du réveil tueur... Direction matinale au Nord-Est pour voir la lagune au soleil fraîchement levé. Nous avons pu admirer la lumière rasante sur les piquets délimitant les canaux de la lagune en direction de l'Isola San Michele, qui est aussi un cimetière. Puis on a un peu démabulé. Ensuite, après avoir fait la valise, nous avons sauté dans le vaporetto pour rejoindre à nouveau l'Isola San Giorgio Maggiore. Un monastère bénédictin l'occupe et on peut monter au campanile, qui est doté d'un ascenseur. Vue magnifique sur Venise et sa lagune.
Un petit coup de vaporetto pour Castello et un super resto (spagetti all nero di sepia : à l'encre de seigne et aux seiches pour moi, vraiment excellentes, et dessert pour mon chéri : une mousse à l'amaretto à tomber. On a gardé l'adresse).

Et pour finir en beauté, vapo n°1 le long du Grand Canal, de jour cette fois. On a repéré le palais de François Pinault, avec un énorme caniche rose vif métallisé, de la forme de ceux qu'on fait en ballon de baudruche, et un treillis métallique qui de jour ne rend pas terrible, mais qui de nuit sublime la façade.

Et pis... piti problème de train (ben oui, descendre du vapo à 15h pour un train à 15h17 sachant qu'il fallait aller chercher la valise à l'hôtel !)... On était en speed et soit j'ai mal lu les panneaux à la gare, soit il y avait un changement supplémentaire pas noté sur le billet... Toujours est-il qu'on est descendu à la première gare (Mestre) car le train dans lequel nous étions n'allait pas à Vérone. Nous avons donc attendu le suivant qui y allait, changé à Vérone, au Brenner (sous la neige ! à hauteur de rail), pour arriver à Innbruck un peu après 22 heures. Ensuite, le dernier bus et retour aux pénates, pour un réveil à 6h15. Ouf...

Bon... c'est un peu linéaire tout ça... J'espère que ce n'était pas trop ennuyeux. Je vais peut-être un peu étoffer quand même. Et puis, il y aura des photos, promis. Là, pour le moment, c'est plutôt un bloc-notes... Mais bon, c'était juste pour vous faire baver. En deux mots : FONCEZ-Y !!! Voir Venise et mourir... Ben non... Voir Venise et y retourner ! C'est une ville extraordinaire. Elle génère beaucoup d'émotions différentes, et il est assez difficile de la décrire, tellement elle foisonne. Et puis un petit conseil, si je puis me permettre... Evitez à tout prix les périodes les plus touristiques. Décembre est paraît-il la saison la pire pour visiter (brouillard, pluies, inondations), et il y avait tout de même du monde, donc... Et puis le brouillard et les aque alte, ça a vraiment son charme et fait partie intégrante de Venise.