Hier, c'était Mardi Gras (Faschingdienstag). Presque tout le monde a son après-midi libre.

Dans le centre ville, un défilé de chars avait lieu. Il s'agit en fait de cabanes montées sur des remorques de tracteurs et à l'intérieur il y a un bar. Chaque village a son chalet, avec un thème : A night in Paris (Hilton), Le saloon de Lucky Luke, un canon à neige, un moulin (à eau) qui asperge la foule de farine et kidnappe des gens pour les passer dans la farine, des bûcherons, Asterix et Obelix... Ceux qui ont préparé le char sont déguisés en fonction (Asterix avait sa gourde de schnaps par exemple), et défilent. Chacun peut monter dans les chars et s'acheter à boire (à ses risques et périls, comme c'est indiqué sur chaque remorque !). Les gens boivent et dansent. Les cabanes dansent aussi !
Il y a aussi des stands (bière, alcool et saucisses). J'ai d'ailleurs commis un crime paraît-il : j'ai mis de la moutarde sur mes frites ! Ici, les gens les mangent avec de la mayonnaise ou du ketchup... Et en plus, c'était de la moutarde germanique, donc plutôt sucrée et à peine piquante. Il n'y a que Maille...
Sinon, il y avait bien sûr tout plein de gens déguisés : des bonhommes de neige, des martiens, des vampires... l'embarras du choix, à vrai dire. Cette année, le pirate version Jonny Depp était très à la mode, l'an dernier, c'était surtout le GI, allez savoir pourquoi. Et toujours autant de travestis (ben oui ! c'est Carnaval, oui ou non ?). Et contrairement à Absam, les policiers étaient ici des vrais et plutôt super sérieux ! Cette année, il n'y avait presque que des chars. L'an dernier, c'était un mix de chars (modernes donc) et de groupes traditionnels, comme ceux qu'on a vu à Absam (je n'ai pas oublié les photos ni les explications promises).
Alcool et décibels à gogo. La folie de Carnaval ! Parmi les spectateurs, il y avait aussi beaucoup d'enfants, dûment déguisés, bien entendu. Pour eux, c'est le Kinderpunch ou Kindertee : du thé aux fruits (rouges) sucré.

Sinon, les petits continuent bravement à lutter contre leurs skis. Moniteur de ski, c'est vraiment pas un métier... Ceux qui s'occupent de ceux qui y arrivent le moins bien, passent leur temps accroupis dans la neige à mettre les skis dans la bonne direction, à ramasser les "tombés" et à attraper au vol ceux qui glissent, sans parler de courir après ceux qui ont réussi à rester un peu plus longtemps sur leurs savonnettes... En ce qui me concerne, je ramasse les pauvres malheureux, je les colle sur le tapis roulant après avoir réajusté casque (obligatoire), masque (forcément beaucoup trop grand) et gants (qui forcément ne tiennent pas et laissent entrer la neige), et bien sûr, je les encourage, et le tout en français, bien sûr ! Même avec ceux du groupe d'italien ou ceux du groupe d'anglais (ces derniers ne me connaissant pas. C'est parfois assez rigolo, car ils croient que je parle anglais, et certains me répondent yes ou please). Aujourd'hui, c'était aussi la journée réconfort-calin pour les plus petits, qui commencent à vraiment être fatigués. Mais ils y retournent ! Certains refusent même de faire des pauses ! (et je ne parle que des débutants, car c'est avec eux que je reste).

Et pour finir... Vincent a son billet d'avion et son passeport. Il part samedi pour les Etats-Unis. Un petit congrès à Keystone, Colorado. Là-bas, au moins, il y a de la neige (enfin, pour de vrai, quoi). Et moi, je le rejoindrai vendredi prochain. J'ai mon billet (enfin, si j'arrive à imprimer le mail...) mais pas encore mon passeport. Petit problème d'adéquation d'horaires avec le consulat honoraire.

Bientôt la suite !