Sylvie, Guy et Maya sont déjà partis. Nous avons fait quelques jolies balades : dans les bois et le long des pâtures au sud de Sistrans (peuplées par des vaches poilues importées d'Asie), sous le barrage de Kühtai (désertée par ses vaches, redescendues des alpages début septembre, et autour d'Hötting, Planötzenhof, Sadrach, dans les faubourgs d'Innsbruck.

Et comme j'ai toujours (beaucoup) de retard, je vais enfin pouvoir commencer à vous raconter notre séjour à Madère, plutôt que de me lamenter sur les vitres à nettoyer, les pneus neige à mettre (obligatoires depuis le 1er novembre), mon tricot à finir...

Nous sommes partis d'Innsbruck le jeudi 27 août. Un taxi est venu nous chercher à la maison pour nous conduire à l'aéroport de Munich, avec un siège non adapté pour la pauvre puce. Après avoir réussi à faire enregistrer nos bagages (à notre grande surprise, Alice n'avait pas droit au moindre kilo !), nous prenons un premier avion pour Lisbonne puis un second pour Funchal et atterrissons à Madère dans l'après-midi. Nous nous offrons un deuxième épisode taxi : pas de siège bébé, bien sûr (merci l'écharpe !), et nos deux grosses valises à caser dans le coffre, avec la poussette, le sac porte-bébé de rando, et les quelques bagages à main... A notre grande surprise, nous n'avons rien perdu sur l'autoroute, ni sur la rue en très forte pente (18% ? 20% ?) que nous avons empruntée pour rejoindre notre hôtel. Une adresse très sympathique, proche du centre historique avec, très important, des chambres dotées d'une kitchenette, ce qui nous a permis de préparer nos repas. Nous prenons nos quartiers, dînons au restaurant et rentrons nous coucher après une courte balade sur le port.

Le vendredi, nous nous sommes promenés dans Funchal, la capitale de Madère. Les bâtiments officiels historiques sont entourés de grands jardins, les fleurs sont omniprésentes, y compris dans les arbres. La végétation est... luxuriante (et les moustiques voraces). L'air est très agréable (mais il vaut mieux tout de même prévoir une sieste en début d'après-midi). Nous nous baignons sous le vieux fort à l'est de Funchal, dans le vieux quartier des pêcheurs.

Le samedi, nous visitons le fameux marché aux fruits et aux légumes, et surtout le marché aux poissons. Nous ne résistons pas et achetons une tranche de thon, qui sera dévorée ! Nous louons alors une voiture pour quelques jours et commençons notre visite de l'île par un petit tour à Eira do Serrado (1095m), au sommet d'une falaise d'où l'on aperçoit en contrebas le village de Curral das Freiras (633m), plus de 400 mètres plus bas.

0909_0908_AGNES_Alice_Madeira_G200_16__800x600_

Madère est une île volcanique aux reliefs escarpés. Les montagnes ont été aménagées en terrasse pour l'agriculture (dont les vignes pour le fameux vin de Madère), et des canaux d'irrigation (levadas) permettent d'amener l'eau des montagnes aux différentes terrasses. On peut randonner le long de certains d'entre eux, pendant des kilomètres et des kilomètres.

0909_0908_AGNES_Alice_Madeira_G200_17__800x600_

0909_0908_AGNES_Alice_Madeira_G200_34__800x600_