Il ne faut jamais accuser le matériel, mais la couturière amatrice. Quand je m'énervais sur la vieille Singer de ma mère, irréprochable, je n'avais aucune excuse, si ce n'est de ne pas savoir m'en servir.

Vieille histoire d'amour et de haine entre ma machine à coudre et moi. Achetée très peu chère, premier prix et en promo, elle m'a bien rendu service et m'a aussi bien fait rager.

Quand il a été question de coudre à l'arrache les rideaux en polaire, je me suis dit "OK, 4 épaisseurs de polaire, faut pas pousser quand même".

Quand il a été question de coudre le costume de chat-léopard d'Alice, je n'étais pas trop regardante sur les finitions.

Quand, il y a quelques années déjà, il a été question de coudre ma robe de mariée, il n'était pas envisageable qu'elle s'approche du tissu.

Quand il a été question de recoudre une taie d'oreiller d'Alice (j'adore ce genre de couture !!! Très gratifiant, pas du tout l'impression de perdre son temps !) et que je me suis retrouvée avec un sac de noeuds, je me suis dit que la canette avait été mal préparée.

Quand il a été question de recoudre la chancelière, je me suis dit "OK, c'est une fermeture éclair, faut pas trop lui en demander"

Quand aujourd'hui j'ai réussi tant bien que mal à coudre une blouse pour Amélie, je me suis dit "bon, je ne vais tout de même pas la remplacer". Mais quand je suis passée à la blouse d'Alice en voile de coton et qu'il m'a été impossible, malgré différents réglages, d'obtenir une seule (une seule !) couture correcte, j'ai commencé à m'énerver sérieusement. Et quand elle a déchiré la parmenture, elle a failli (la machine, vous auriez compris) passer par dessus bord (du balcon).

Du coup, je me suis rendue compte qu'il y avait beaucoup de choses que je ne cousais pas, dans l'angoisse qu'elle me bousille le travail. Ainsi une écharpe en étamine de laine et une blouse en baptiste attendent, paniqués, le jour fatidiques où elles devront passer sous le pied de la machine.

Je crois que je peux désormais accuser le matériel. J'ose dire que je sais coudre, pas parfaitement bien sûre, je suis loin d'être une couturière professionnelle et je manque de technique, mais je me débrouille honorablement. J'aimerais surtout apprendre à faire de belles finitions. Mais dans l'état actuel de mes couseries, je n'ai vraiment pas le courage de m'atteler à de minutieux travaux, quand je sais que tout peut être bousillé d'un coup (même pas rageur) de pédale...

Maman !!! Je veux bien ta deuxième machine, finalement !