Agnès pas contente...

Ca commençait pourtant bien. Je suis tombée sur trois pelotes de coton bio pastel assorties. Exactement ce qu'il me fallait pour cette petite robe, repérée depuis longtemps.

Les carrés crochetés et assemblés dans le bus, il ne me restait plus qu'à trouver du tissu. Làs... nous sommes à Innsbruck, patrie de la mode ! Pas le moindre petit voile de coton, pas le moindre coton fin non recouvert d'un imprimé douteux... Pfff.... je sais ce qu'il me reste à faire la prochaine fois que nous passons en France ! En espérant qu'il ne neige pas d'ici là, sinon il faudra que je désassemble les carrés pour en ajouter un ou deux.