Samedi, on a fait grass'mat jusqu'à 7h30. Ben oui... Puis on est allé s'acheter des billets de vaporetto, version aquatique du bus. Et là, surprise ! Outre le fait qu'il pleuvait, il y a avait beaucoup plus d'eau que la veille. Donc, retour à l'hôtel pour chercher les bottes en caoutchouc, que nous avions achetées mercredi avant de partir, en prévision... Nous avons donc pris le bateau (samedi, c'était légèrement bondé...) jusqu'à la place Saint-Marc où, armés de nos bottes, nous avons pataugé allégèrement dans l'eau douteuse qui recouvrait la place. Et on a allègrement zappé les passerelles pour les piétons sans bottes... hé hé !!! Et on a aussi échappé à l'achat de l'équipement du touriste local non prévoyant : à Disneyland, il y a les capes jaunes avec Mickey, à Venise, il y a des sacs plastiques à semelles, avec un lien pour les attacher au genou : couleurs au choix : jaune, vert, bleu, et même rose ! Le gars qui a eu l'idée a dû pouvoir se payer un palais. Par contre, Nicolas Hulot doit en faire des cauchemars... (et c'est normal !). On est quand même monté sur les passerelles pour faire la queue pour entrer dans la basilique Saint-Marc (10 mn à tout casser), et là... le choc !!! Déjà dans l'entrée (c'est quoi le nom...), inondée il va de soit, des mosaïques de marbres multicolores au sol, des mosaïques d'or et de couleurs sur les murs et au plafond. Et la basilique en elle-même... Architecturalement, elle est déjà magnifique. Mais la décoration intérieure, dans sa folle luxurience, réussit à rester belle, malgré la débauche d'ors et de couleurs. Nous avons eu la chance de voir la basilique illuminée (uniquement de 11h30 à 12h30). Les sols sont aussi à eux seuls magnifiques : des mosaïques très fines de marbres de couleurs différentes : rouges, verts, jaunes, gris, roses, oranges etc... Tout cela fait preuve d'une maîtrise technique et artistique absolument extraordinaire.
Nous sommes montés au dessus de l'entrée, où étaient exposés les originaux de nombreuses mosaïques déposées lors des restaurations successives. Elles sont vraiment magnifiques : extrêmement fines et d'une diversité incroyable, que ce soit dans les dessins ou dans les teintes. Vues d'un peu loin, on dirait des peintures. On a aussi vu des dessins tracés sur le plâtre, précédant la pose des mosaïques. On croirait voir des dessins Renaissance sur papiers à la mine de plomb. Nous avons aussi vu les originaux des fameux chevaux qui trônent au dessus des portails de la basilique. Ils sont en cuivre presque purs et proviennent de Constantinople. Ils ont été fondu dans l'Antiquité. Ils ont donc autour de 2000 ans, et semblent vivants. On voit leurs veines frémir ! Nous avons également pu voir des tapisseries exposées dans la salle de banquet du doge, attenante à la basilique, ainsi que des icônes et des habits liturgiques (avec des dentelles à la finesse microscopique. Jamais vu rien de pareil), tout cela témoignant également d'une maîtrise exceptionnelle. Au total, nous sommes restés deux bonnes heures...

On a ensuite pris un autre vaporetto (toujours le 82 mais dans l'autre sens), pour nous rendre à l'Isola San Giorgio Maggiore, et ensuite au quartier Giudecca, tout au Sud de Venise. Il y avait des petites maisons, des petites places très mignonnes et très calmes, des barques de pêche, des immeubles beaucoup plus modernes... Puis nous sommes rentrés vers Cannaregio en bateau le long du Grand Canal, de nuit. C'était frigorifiant, mais tellement beau ! Et pour finir en beauté, nous avons dîné dans un restaurant juif (couscous viande et couscous poisson, un gâteau au chocolat énorme mais très léger pour mon homme, et du vin d'Israël). C'était excellent.

Bonne nuit !